COUPS DE CŒUR » Elles (ils) écrivent...

La blessure de mon cœur

Publié le 14-06-2008
La blessure de mon cœur
Un homme et une femme avaient deux enfants, un garçon et une fille. Le garçon était encore petit quand les parents vinrent à mourir.

 Un jour, la fille dit à son petit frère :

Si je te donne de l’or, qu’en feras-tu ?

J’achèterai plein de bonbons et de gâteaux ! répondit-il.

La fille réalisa avec amertume que son frère était encore bien jeune. Elle décida de lui reposer la question quand il serait plus grand :

Si je te donne de l’or, qu’en feras-tu ?

J’achèterai plein de bonbons et de gâteaux ! répondit-il encore.

Mais, un jour enfin, il s’écria :

J’achèterai une vache. Je l’engraisserai et la vendrai. Puis j’achèterai une maison et je me marierai.

La fille se réjouit de voir que son frère avait grandi. Elle sortit toutes ses économies et le maria. Son bonheur faisait le sien.

Un jour, sa belle-sœur, une mauvaise femme qui voulait la perdre, lui dit :

Si tu aimes vraiment ton frère, avale ce morceau de bsissa tout rond !

La fille l’avala et peu après son ventre commença à enfler. La femme alla trouver son mari et lui annonça :

Ta sœur est enceinte !

La mari s’étonna :

Comment est-ce possible ? Ma sœur ne voit personne et ne quitte pas la maison !

Si tu ne crois pas, pose la tête sur son ventre et tu le sentiras bouger….

Il demanda à sa sœur de l’épouiller, posa la tête sur ses genoux et sentit son ventre bouger. Il se dit : « Ô déshonneur, comment m’en débarrasser ? »

Il l’abandonna dans une forêt.

Le fils du sultan s’en vint à chasser et la trouva. Il ramena chez lui cette jeune fille qu’il trouva belle et vierge. Mais son état ne cessait de le préoccuper.

Un vieillard un jour l’aborda :

Dis-moi, au nom de Dieu, quelle est la cause de ton tourment. Chaque jour je te trouve plus triste et pensif…

Il lui raconta l’état de la jeune fille. Le vieil homme dit :

Ne t’inquiète pas. Achète six kilos de poissons, sale-les bien et donne-lui à manger. Quand elle sera rassasiée, prends-la par les pieds au-dessus d’une bassine d’eau.

Le jeune homme fit ainsi. Aussitôt deux serpents assoiffés s’élancèrent vers la bassine. Il les tua. Alors la jeune fille s’écria :

Que Dieu tue celui qui m’a tuée ! Qu’il garde vie à celui qui m’a sauvée !

Il l’épousa et elle ne tarda pas à accoucher de deux jumeaux. Quant à son frère, il la pleurait amèrement car elle lui manquait. Un jour, déguisé en marchand, il se mit en route dans l’espoir de le retrouver. Il frappait aux portes en proposant du tfal. Il finit par frapper à leur porte et la servante dit à la maîtresse :

Ô ma maîtresse, il y a un vendeur de tfal qui te ressemble trait pour trait !

La femme regarda par la trou de la serrure et le reconnut. Elle persuada son mari d’offrir l’hospitalité à cet étranger. Elle prépara le repas et recommanda à ses enfants de lui réclamer un conte après dîner.

Si je vous dis qu’aucun ne me vient à l’esprit, demandez-moi La blessure de mon cœur

Ils mangèrent et les enfants demandèrent l’histoire à leur mère…Et voilà qu’elle se mit à raconter comment elle avait élevé son frère, et l’avait marié, comment sa belle-sœur lui fit avaler les œufs de serpents et l’abandon de son frère…

Elle n’avait pas terminé que l’homme l’étreignait et l’embrassait. Elle lui montra les deux serpents qu’elle avait pris soin de faire sécher et il resta prés d’elle.

…Et notre contre pénétra dans la forêt…Il nous rapportera un récolte et peut-être deux encore…

 

(a suivre...)

Cet article est proposé par : cheniti sonia