SANTÉ & FORME » Votre corps

La fracture de côte

Publié le 14-12-2006
La fracture de côte
Les indices d'une fracture de côte

Le plus souvent, la fracture de côte est un accident banal et elle le reste tant que le cas rare, mais dangereux, de déplacement ne se présente pas. C'est à dire tant que la côte fracturée n'est pas suffisamment déplacée pour embrocher un organe de voisinage : Un poumon pour une côte haute, le fois ou la rate pour une côte basse.

Dans ce cas ou la fracture est dite avec déplacement, l’’urgence concerne l’’organe lésé, et non la côte.

S'il n'y a pas déplacement et que les deux morceaux de la côte restent en contact il faut adopter une attitude conservatrice il ne faut surtout pas recourir à la méthode traditionnelle qui consiste à mettre au tour du thorax du blessé un bandage serrer.

L'objectif d'une pareille action était d'une part d'éviter un déplacement secondaire et d'autre part de permettre une meilleure réparation de la fracture. En agissant d'une telle manière on néglige le risque important et quasi-systématique de gêne de la fonction respiratoire.

L'immobilisation d'une partie de la cage thoracique est loin d'être sans conséquences sur la fonction respiratoire elle peut l’’entraver sensiblement d'autant plus que la contrainte reste en place plus longtemps. Si bien que une telle mesure génère souvent une réaction partielle d'un lobe du poumon nécessitant ensuite une rééducation respiratoire délicate.

La seule indication face à une fracture de côte sera un bon repos à fin d'éviter tout déplacement et de favoriser la réparation. Il faut aussi faire attention au rhume car la toux réveille la douleur.

Cet article est proposé par : Hammam-Ensa